Dérisoire

Mon nombre de lectrices devient dérisoire. Les commentaires sont aussi rares que les cheveux d'un chauve.

J'écris pour moi.

J'écris pour moi, mes douleurs, mes joies. J'écris pour moi, pour vider un peu le sac si lourd à porter de la vie... Si je n'étais pas obligée de vérouiller ce blog par un mot de passe, peut être aurais-je réussi à étendre mon lectorat. Je le retirerai je pense, quand elle sera sortie de nos vies, que JM ne sera plus confrontée à elle chaque jour.

Elle croit qu'il va lui renouveler son contrat. Lui n'en veut plus, n'en peut plus. Elle devrait le sentir puisqu'il parait qu'elle est médium comme moi... D'ailleurs elle est tout comme moi, c'est bien simple elle a toutes mes qualités et aucun défaut... Pour l'heure, elle ne sent rien... lol... Elle m'a appelée pour me demander si, comme elle l'a entendu dire, son contrat Avenir pourrait être reconduit deux ans en C.U.I. Avec diplomatie, pour l'instant, j'ai juste essayé de la dissuader de faire cette demande à JM... De la convaincre de demander une formation à Pole emploi, la flattant même en ce sens... ("Tu es tellement intelligente et brillante que tu devrais faire qq chose de grandiose !") Mais bon, il va falloir la jouer fine dans les semaines à venir, histoire de ne pas finir l'année scolaire dans le drame permanent... Pffffffffff dire qu'elle m'emmerde et me fait chier serait encore en-dessous de la vérité !!!!!!

Sinon, ben aujourd'hui mes enfants sont venus déjeuner. Comme toujours ce fut un merveilleux moment de complicité et de tendres retrouvailles... Mais comme toujours ce fut si court ! A nouveau me voici les bras vides... Ils sont repartis très tôt car Alvin avait une nuit blanche. A chaque c'est pour moi un déchirement viscérale... Partager un rosbeef, une purée et un gateau, c'est bien peu de choses ! Moi je rêve de shopping ensemble, de soirées entières à discuter ou à jouer, de balades, de cuisinage en commun... J'ai envie d'avoir de temps en temps des journées "comme avant"... Je me sens vide et inutile; Je crois que j'ai adoré être une maman. J'aimais pas être la femme de Georges, j'en avais marre d'être l'être polyvalent que ma mère me demandait d'être, j'en ai ras le bol depuis longtemps d'être la soeur de ma soeur, mais j'ai adoré être une maman. Etre la maman de ces enfants là. Pas toujours faciles, mais pas très difficiles. Ils me rendaient fière et je trouvais une légitimité à mon existence... Tout ça s'est terminé trop tôt, trop vite... En sept ans, j'ai perdu ma mère, mes fils, mon chien... ok j'ai trouvé JM qui est un énorme soutien, mais bon... Si au moins on avait pu être une famille avec sa marmaille, si les w-e où l'on n'a pas mes enfants, on avait pu avoir les siens et passer de bons moments... Si les enfants s'étaient succédés dans nos vies, joyeusement, dans le partage et la complicité. Si j'avais pu avoir de l'affection pour ses enfants et eux pour moi. Si la recomposition avait été un pas vers la joie et la solidarité d'une famille nombreuse... Si....

Mais la vie n'est jamais comme on la rêve.

Mes enfants ont à présent leur propre vie et ils semblent heureux, bien dans leurs baskets, ils ont leurs tribus d'amis, et sans doute se substituent-elles aux oncles, tantes, cousins, cousines, grands-parents qu'ils n'ont pas, n'ont jamais eu. Mes enfants n'ont que moi. Que nous. Jm et moi.

Ses enfants ont choisi l'autre camp sans même vouloir nous accorder le bénéfice du doute. Ils sont heureux avec leur mère et sa nombreuse famille, et avec leur communauté qui guérit tout, oint et infuse l'esprit ! Que peut-on offrir nous en échange ? De l'amour, de la chaleur, de la gaieté, de la sincérité, c'est trop peu de choses...

Nous sommes tous les deux. Heureusement. Nous avons peu d'amis, nous sortons peu. On est bien tous les deux. Seuls, dans notre maison aux chambres vides....

"Ce soir ils ne rentrent pas, je n'sais plus, je n'sais pas, ils reviendront demain peut-être nous aurons une lettre, il pleut sur le jardin, je vais faire du feu, je n'ai pas de chagrin, on est là tous les deux, seuls...

Attend, je sais des histoires
Il était une fois
Il pleut dans ma mémoire
Je crois, ne pleure pas
Attends, je sais des histoires
Mais il fait un peu froid, ce soir
Une histoire de gens qui s'aiment
Une histoire de gens qui s'aiment

Tu vas voir
Ne t'en vas pas
Ne me laisse pas !!!!!!!!!!!

 



11/04/2010
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres