Il fait gris

Il fait gris, il pleuviote. Une fois encore la ville à l'air triste. Et si comme l'an dernier l'été ne venait pas ? Si l'on était condamnés à cette grisaille tristounette jusqu'à l'hiver prochain ? Un malheur ne vient jamais seul. Au cours de l'Histoire les grandes crises ont toujours été accompagnées de catastrophes... Grandes épidémies (peste, choléra, lèpre, grippe espagnole....) Guerres... Séismes, ouragans, crues dévastatrices... Dans la Bible on a un chapître sur les dix plaies d'Egypte. Ce n'est rien d'autre que les catastrophes accompagnant la crise qui sévissait...

Je ne crois pas à un Dieu punissant, mais à des cycles sans doute. Il faut toujours faire table rase pour reconstruire. On ne reconstruit pas sur des ruines. Le système sociétal moribond dans lequel nous évoluons doit aller au bout de sa destruction pour que quelque chose de meilleur renaisse... Je me dis, vite ! Autant qu'on en finisse !

Ouaip le moral n'y est pas ce matin.

Jérémy commence à s'angoisser de ne pas retrouver de boulot, il ne touchera ses premières ASSEDICS qu'en mai... Il sent qu'il commence à relâcher ses efforts, se lève plus tard, se démotive... Il a presque 24 ans, bosse depuis 6 ans et en est toujours à avoir besoin de la charité de son père...

Al s'est fait agressé par une connasse d'infirmière hier (visite médecine du travail), qui lui a affirmé qu'il est insomniaque parce qu'il est gros, et qu'il est surement gros parce qu'il est insomniaque... ça casse. Parce que ce genre de diagnostic à la louche sans offrir de solution à aucun des problèmes exposés, ça ne fait pas avancer le schmilblick ! Le genre de conseil : Allez voir une diététicienne... Non plus ! Qui de nos jours ne sait pas exactement ce qu'il faut manger ? Mais personne ne nous dit comment résister à la tentation, comment budgéter 5 fruits et légumes par jour et de l'exercice physique à Paris à 19 ans... Comment lutter contre une génétique qui persiste à nous fabriquer trappus de génération en génération...

Le conseil municipal auquel nous avons assisté hier soir n'a pas contribué à ranimer la confiance que je peux avoir en l'homme. Ces "puissants" qui décident, qui décrètent, qui attribuent, qui justifient, qui s'autocongratulent, qui se cooptent... Me donnent envie de gerber...

La tête contre les murs....

On a créé des monstres. Le monde est entre les mains de technocrates froids et calculateurs. Tout peut et doit être mis en colonnes de chiffres. Tout est normalisé, aseptisé, formaté. Il n'y a plus de places pour l'homme dans ce monde. En tous cas pour l'homme qui pense. Pour l'humaniste.

Je ne vois pas comment on pourrait faire machine arrière. Il faut laisser le système aller au bout de sa logique.

Mais on va y laisser plus que notre peau.

 

 



07/04/2009
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres