Je l'attends

Un copain est passé hier soir. Un copain du collectif. Un mec sympa. Vieux routard du PC, syndicaliste convaincu. Un type bien, sincère et cohérent. Un de ceux qui me donnent envie de continuer la lutte et peut être même de m'engager un peu plus...

Il est arrivé sans prévenir. On allait diner. (Enfin pas moi car je jeûne).

Son visage était envahi de tics nerveux, il n'était pas rasé. Son regard était sombre et affolé.

"Je vous dérange" a-t-il dit.

"Non, pas du tout" ai-je répondu "Assis-toi. Tu veux boire quelque chose? "

Bien sur qu'il voulait boire quelque chose. Il doit souvent boire dieu sait quoi d'ailleurs...

 Quand il est là, au plus profond de votre vie à vous guetter, prêt à emporter, quelqu'un qui vous est cher, ou vous même... Quand il plane au-dessus de vous, ombre dévorante, inquiétant, sinistre, impitoyable. Que reste-t-il à faire pour trouver un peu de force pour faire face ? Celui qui a bu, boira, celui qui s'est drogué se droguera, celui qui a mangé, mangera, celui qui a fumé, fumera........

On a parlé d'autre chose, bien sur. On ne parle pas de "celui dont on ne doit pas prononcer le nom". Comme si l'évoquer le réveillait irrémédiablement. Comme si le nommer le matérialisait inexorablement...

Il nous a sorti triomphant des informations ultra-confidentielles à propos du stationnement payant. On a vaticiné sur le sujet.

Comme si c'était important.

Comme si ça comptait...

Comme si ce n'était pas dérisoire...

Que pendant ce temps là, là-bas, seule dans une petite chambre proprette, Claudine se batte. Contre lui. Celui dont on ne dit pas le nom. Pour la seconde fois en un an... Toute souffrance, désespoir, peur, angoisse, déception. Seule, avec lui et cette chimio qu'on lui propose pour le duper... Peut être... Pas sur, mais... Il faut bien essayer... Il faut être courageux... Tous...

Je l'attends moi aussi. Il ne me fait pas peur. Vieil ennemi si souvent affronté. Si souvent observé.

Qui est le plus pendable. Lui qui fait son boulot de Faucheur pour l'éternité ou ses "pourchasseurs" qui vous détruisent aussi surement ?

Je sais moi que lorsqu'il sera là, je m'en irais l'affronter seule. En tête à tête. Pas d'intermédiaire entre lui et moi, pas de labo pharmaceutiques, pas de médecins à l'égo surdimensionné. Une vraie bagarre à la loyale.

Qu'il vienne ! Je l'attends ! Mais qu'il ne touche plus personne de ma famille ! JAMAIS ! C'est tout ce que je lui demande !

Le copain a bu son coup. Puis il est reparti. Seul. Vers sa maison vide qui devait être celle du bonheur et sera juste celle du souvenir.



01/04/2009
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres