Nous sommes revenus !

Cette fin de mois d'août sonne, comme tous les ans, la fin des vacances, la reprise de la vraie vie... Pourquoi cela rime-t-il aussi avec soucis ? Encore que ! Je m'estime heureuse, la récupération du courrier ce matin n'a pas engendré la découverte de sinistres nouvelles ou de terribles factures surprises ! Non, ce sera pour lundi sans doute...

Je vous sens piaffer d'impatience devant l'éventuel récit de mes vacances qui furent.... Pépères !!!!!

Ouais, moi je vous le dis, si vous voulez du palpitant, du sportif, du gai, du gourmand, n'allez pas dans une station thermale !!!!!!

Donc papy et mamy étaient dans une ville d'eaux. Moribonde la ville d'eaux ! Pur jus comme on dit chez les antiquaires, sauf que pour des vacances l'ambiance authentique du second empire me laisse un peu de marbre ! D'ailleurs, on croisait dans les rues des "curistes" pas très frais (oui dans ses trucs là on ne s'appelle pas touristes) qui devaient chercher leur chemin depuis l'abdication de Napoléon le troisième (on cherche encore le second d'ailleurs, c'est tout le paradoxe du 2ème empire qui a pour souverain Napoléon 3 !!!). Notre temps s'écoulait entre des randonnées en forêt (et en montagne la forêt a la facheuse habitude de grimper dur) et promenades romantiques dans un décor désuet, suranné, émaillé des panneaux indicateurs  emprunts de nostalgie : hotel impérial, thermes Napoléon, bains Romains, chocolaterie "l'aigle impérialE" (!), promenade Joséphine (oui ils font un peu l'amalgame)...

Les trois quarts de la ville étant à l'abandon depuis au moins la guerre de 1870, ce ne sont qu'énormes bâtisses sales, décaties, fermées, tristes... Même le soleil ne vient que timidement dans cette vallée encaissée entre deux montagnes sombres !

Les commerçants habitués à vivoter n'envisagent pas un instant d'être aimable, de sourire, ou d'avoir quelque chose à vendre ! Imaginez-vous qu'au milieu de ce dédale bonapartien, nommé Plombières, (les plus anciennes d'entre vous ont surement entendu parler, dans leur enfance, de la fameuse glace Plombières, délice de vanille et fruits confits macérés dans le kirsch), imaginez vous donc, que la seule spécialité de la ville (à part l'eau, mais ça c'est pas leur faute) n'est mise en valeur nulle part ! On pourrait imaginer un immense glacier (allez ok pour le décor 2nd empire si ils veulent) vantant les mérites de ladite glace, et la présentant dans différentes coupes généreuses, somptueuses, accompagnée de chantilly, griottes ou mirabelles du coin, et riches et succulents coulis !

Ben non ! là vous trouvez en queue de carte de deux trois troquets minables, une proposition pour deux boules, ou trois boules (pour 4 euros tout de même), d'une glace plombière made in Thiriet, servi dans une coupette mochingue et même pas accompagnée d'une cigarette russe Delacre ! Ah, je suis sure que la glace Plombière moulée dans ses moules de plombs était mieux servie du temps où Eugénie venait prendre les eaux avec ses copines !

Mais la cure me direz vous ! La cure ???

Bien, notre promotion internet (on comprend mieux pourquoi ils bradaient... Note pour moi-même : Méfies toi des promos à l'avenir) comprenait : 4 entrées chacun pour un passeport détente dans le super centre Calodaé à raison de 3 heures à chaque fois... Heu, trois heures c'est peut-être ambitieux vu les "nombreuses" activités proposées. Comme JM n'aime pas cuire au Hammam (pourtant très sympa, resté dans son jus depuis les Romains l'ambiance y était très dépaysante), il n'y allait pas. Il m'attendait à la salle des grands malades dite : De repos... (là, je ne vous dis pas l'ambiance !). Moi je cuisais peinarde 5 minutes à 65 °, puis douche glacée, puis retour pour 5 minutes de cuisson...Puis douche glacée... Puis nous nous acheminions vers la salle nommée "Trombes d'eau". C'est ça. C'est le mot, z'ont bien trouvé le titre. Visualisez de vieux tuyaux rococos, percés astucieusement, et déversant sur votre corps frémissant d'impatience de l'eau ferrugineuse tout chaude, droit sortie de sa source avec la douceur d'un karcher ! LE BONHEUR ! Ouais, vraiment j'adore. Bon l'eau ferrugineuse me niquait les yeux, les jets sensés masser les fesses me boussillaient le dos (je suis trop petite et y avait pas de marche pieds pour s'ajuster aux jets), mais sinon bien ! Vraiment bien ! Le tout dans un brouhaha d'eau et de gens qui veulent absolument tailler une bavette au lieu de se détendre. Ouais j'aime bien ! Heureusement que la station est moribonde comme ça j'avais moins de monde à détester !

Après les trombes vous pouviez finir au chaudron. D'immenses "jacuzzis" romains vous tendaient les bras avec leur bulles affriolentes ! Pourquoi romains ? Ben on vous explique que l'origine des thermes remonte aux romains et vu l'état de ces deux baquets c'est sur, il n'y a eu aucun travaux de fait depuis ! D'ailleurs même le couloir d'accès est d'origine, on se croirait dans les catacombes à Paris. La première fois ça fait peur, JM voulait faire demi-tour, d'autant que c'est au sous-sol des thermes, que le couloir fait 100 mètres, et que l'on y progresse dans une températures avoisinnant les 50°... Donc bains bouillonnants à volonté, nous on y restait une bonne demi-heure histoire de ne pas rentrer trop tôt dans notre petite chambre, sombre et triste...

Comme vous l'avez compris, la station ne regorgeait pas d'activités une fois passé le pot "d'accueil" du premier lundi pendant lequel la responsable du service touristique vient vous LIRE le programme qui vous a été remis à l'entrée (au cas où l'on ne sache plus lire, ou peut être qu'on y voit plus), la Directrice de la Société des Thermes vient vous parler de ses bénéfices et de son Ingénieur en Nutrition (et oui, moi non plus, malgré ma carrière de grosse hors pair, je n'en avais jamais vu de près !) et vous expliquer que si vous êtes gros, vous le resterez parce que vous êtes un coquinou gourmand (heu oui, vous avez deviné là j'ai quitté la salle, trainant mon JM rougissant derrière moi, mais faut pas pousser mémère Moune, vous le savez bien !), une fois passé ces réjouissances il ne reste plus qu'à vous organiser vos vacances vous-mêmes sous peine de revenir plus gros et plus déprimé qu'en arrivant !

Ce que l'on a fait !

Les choses se sont organisées comme suit : Nous avons achetés trois soins chacun (un peu plus élaborés que ceux du programme offert). Pour moi ce fut : Deux bains-douches surpressés, et un relachement musculaire (faudra que je vous le raconte celui-là !). Pour JM, un bain-douche surpressé, et deux modelages détente aux huiles essentielles. On s'est programmé aussi des randos quotidiennes de 6/7 km voire 10 km pour la dernière, des excursions en Alsace (qui est vraiment plus belle et accueillante que les Vosges !!), nous avons ainsi visité Kaysersberg, le haut Koenisbourg, la route des vins (oui, oui on en a acheté), Gérardmer (oui on y a acheté du linge de maison), Epinal (heu on a visité le seul jour ou l'imagerie était fermée !), et le fort de Auxegney. On s'est fait deux restos, et sinon régime d'enfer, no sugar, no lipid, only hungry !

Voilà. c'était le résumé de ces deuxièmes vacances, un peu moins cool que le mois de juillet où l'on avait été cocoonés par la famille et les amis, mais c'était bien sympa. On a bien rigolé, nous savons voir le côté rigolo des choses râtées, et surtout JM s'est bien retapé entre le régime, la cure, et l'activité physique...

Il a perdu 5 kilos, moi rien (merci la ménopause !)

Lundi il reprend le chemin de l'école, hé oui, un dirlo ça bosse ! Et je vais aller lui donner un coup de main. J'espère trouver un job  en CDD en attendant la réponse à notre nouvelle demande de mutation, et surtout en attendant mon projet des mois à venir qui est encore top secret mais nécessite de ne pas travailler...

Nous revoici en route pour une année de blog ensemble. Si vous voulez continuer à me lire...

 



22/08/2009
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres